Comment peut-on savoir si un projet d'agrandissement de maison est réalisable ?

En Résumé :

Vous rêvez d’une ou plusieurs pièces supplémentaires pour agrandir votre maison et vous regardez déjà les typologies, les styles, les matériaux possibles qui s’accorderaient au mieux avec l’architecture existante de votre maison. Vous vous renseignez même sur le coût d’un agrandissement de maison. Mais avant toute projection, avez-vous penser à savoir si cette extension rêvée est faisable ? contactez-nous pour votre projet

Faire un agrandissement de maison : l’indispensable plan local d’urbanisme (PLU) 

Le plan local d’urbanisme est l’élément indissociable de votre demande de permis de construire ou de votre déclaration préalable de travaux. Par conséquent, sa consultation est indispensable à la réussite de votre projet d’agrandissement de maison. Il régit les règles d’urbanisme de la commune où est localisé votre projet. Le PLU contient un zonage de la commune ainsi que des documents. Il encadre les projets urbains, leurs caractéristiques (style architecturaux, surface, …) et leurs impacts sur l’environnement.

Ce document est accessible en mairie ou sur internet pour les plus chanceux. 

Bon à savoir : Le PLU a vocation à remplacer le plan d’occupation des sols (POS). Certaines villes ne sont pas équipées de ce document. De ce fait, en son absence, il faut consulter le règlement national d’urbanisme (RNU). Le RNU fixe les règles d’urbanisme au niveau national.

Des projets d’agrandissement (im)possibles

Les règles inscrites dans le plan local d’urbanisme empêchent parfois la construction de l’agrandissement de maison. Elles sont rares. On recense deux situations nuisibles à la réalisation du projet.

Interdiction formelle de faire un agrandissement de maison : les zones non constructibles

Les zones non constructibles sont par définition non aménageables, aucune construction n’est autorisée. Les raisons de cette restriction sont : 

  • Le besoin de préserver la zone et de la conserver naturelle
  • Une zone “dangereuse” car soumise à de l’insalubrité ou à des risques naturels 

Les zones classées comme naturelles ou forestières sont systématiquement dans l’impossibilité de construire un quelconque projet d’extension de maison, tout comme les zones catégorisées d’agricole (en dehors de constructions nécessaires à l’activité agricole). 

Le coefficient d’emprise au sol atteint

L’emprise au sol est la projection verticale de la construction. Il comprend la surface plancher et l’épaisseur des murs du bâti. 

Le coefficient d’emprise au sol mesure la densité de l’occupation du sol en urbanisme. Il s’exprime à travers un pourcentage. Ce coefficient est indiqué dans la plan local d’urbanisme. Il exprime une limite constructive.

Application : Si votre parcelle mesure 500 m2 et que votre PLU indique un coefficient d’emprise au sol de 25%. 
500 m2 * 25% = 125 m2 
Les 125 mètres carrés représentent la surface maximale que la maison peut atteindre. Ainsi si votre habitation est déjà de 125 m2, il vous sera impossible de procéder à la construction d’une extension de maison car vous avez atteint la surface maximale de construction.

Une solution aux restrictions : la surélévation 

La surélévation consiste à élever sa maison sur un niveau supplémentaire. Ainsi, on agrandit sa maison sans modifier l’emprise au sol. La hauteur de la construction est règlementée et soumise à des autorisations urbanistiques. Cette hauteur maximale d’édification est inscrite dans le fameux plan local d’urbanisme (PLU). 

Cette opération de surélévation n’est pas dépourvue de dangers. En effet, l’augmentation de la charge de la structure entraîne l’accroissement de son poids. Il est impératif de s’assurer que le bâti existant est en capacité d’accueillir ces travaux d’agrandissement. Deux études sont obligatoires : 

  • L’étude des fondations
  • L’étude des murs porteurs 

Faire l’agrandissement de maison sous conditions

Rassurez-vous, très souvent la concrétisation de votre projet d’agrandissement est possible. Néanmoins, il peut être soumis à des conditions. Des conditions qui ne nuisent pas à la faisabilité du projet mais qui sont susceptibles de modifier les caractéristiques de votre extension rêvée (surface, localisation, architecture, …). 

Le respect de la limite de propriété à la construction de l’extension de maison

La distance votre construction et la limite de propriété est réglementée. C’est (encore) le plan local d’urbanisme ou les plans d’occupation des sols qui fixent cette norme. Ainsi, chaque commune et chaque zone à l’intérieur de celle-ci disposent de ses propres règles. Généralement, ce retrait est de 3 mètres. Il est ainsi impossible de construire en dessous de cette distance minimale à moins de réaliser l’extension jusqu’en limite de propriété.

Une suite parentale de 30 m2 à Saint-Grégoire

 

Une extension de maison en limite de propriété

Cette extension accueille une suite parentale. Les clients souhaitaient conserver un accès aux espaces verts situés à l’avant et à l’arrière de la maison.

Un problème a émané, la suite parentale se situait en-dessous des 3 mètres de distance règlementaires. Il fallait donc s’aligner en limite de propriété.

Pour ce faire, Isabelle Anger, notre architecte partenaire à insérer une pergola, construite avec des panneaux métalliques, entre la suite parentale et la limite de propriété. Cette pergola permet la libre circulation des propriétaires dans leur jardin. De plus, cette structure métallique valorise l’architecture de la maison. 

 

 

L’implantation de l’extension sur votre terrain est sujette à d’autres règles :

  • Il faut respecter une distance entre l’extension de maison et les voies de circulation.
  • Les maisons implantées en lotissement sont exposées à des règles pour conserver un paysage urbain harmonieux. Ces règles induisent le respect d’un alignement entre les façades côtés rue des habitations.

Un projet d’agrandissement en zone “bâtiment de France”

Votre projet agrandissement de maison peut être soumis à l’avis des Architectes des Bâtiments de France (ABF) si elle est située en zone protégée. Ils vont donné leur accord ou leur désaccord pour la construction de l’extension de maison. 

La construction d’une extension dans ces zones est règlementée par rapport à son environnement architectural. Cela vous concerne, si votre maison est située à proximité de monuments historiques. 

Ces règles peuvent imposées des caractéristiques à votre agrandissement comme une toiture à 2 pans pour respecter l’environnement ou l’utilisation d’un matériau spécifique pour éviter de dénaturer la structure. 

Cybel Extension, une équipe au service de votre projet

Notre bureau d’études interne s’occupe de réaliser l’étude de faisabilité de votre projet. Ainsi, toutes les règlementations imposées par le PLU sont étudiées par nos soins, vous ne vous occupez de rien ! contactez-nous pour votre projet

Des réalisations proches de chez vous ! 

Des conseils pour réussir l'avant-projet

Extension de maison : les démarches administratives

Accroître la surface votre habitation en optant pour une extension de maison engendre des démarches administratives. En tant que professionnel sur le marché de l'extension de maison, nous vous épargnons ces démarches. Tour d'horizon sur les documents administratifs obligatoires afin de réaliser vos travaux. 

Lire la suite

Extension de maison : le cadre réglementaire

"Trop petit..." : c’est ainsi que tout démarre et c’est toute l’essence d’un projet d’extension de maison. Que l'on soit déjà propriétaire ou acheteur potentiel, que l’on ait besoin d'une pièce en plus ou de volume supplémentaire, que l’on vive en ville ou à la campagne,... Un projet d’extension de maison peut avoir différentes motivations mais répond toujours au même objectif : augmenter la surface à vivre.

Lire la suite