Comment bien choisir son extension de maison ?

Le printemps et le retour des beaux jours donnent des envies d’espace et de lumière. Nous sommes nombreux à avoir envie de pousser les murs et gagner des M² dans notre habitation. Mais gare aux achats précipités et aux regrets à l’utilisation !

Place à la lumière et priorité au confort

Si les surfaces vitrées apportent luminosité et espace, elles impliquent aussi de fortes variations de températures et des nuisances sonores lorsqu’elles sont placées en toiture.

Moins gênants dans des pièces à usage ponctuels (jardin d’hiver, sas d’entrée), ces aspects sont problématiques pour des pièces de vie du quotidien.

Dans une extension dite « en dur », un ratio est établi entre les surfaces vitrées et les murs pleins, réalisés en maçonnerie traditionnelle ou ossature bois, pour obtenir le meilleur rendement lumineux associé à un confort thermique et acoustique.

Réglementation, permis, assurance : ne faîtes pas l’impasse !

Simple véranda ou véritable extension, tout agrandissement est une construction fixe qui augmente la surface habitable de votre maison. Au préalable de tout achat, il convient de consulter les servcies administratifs et connaître les règlementations d’urbanisme. Selon la surface et/ou le type de projet, il faudra déposer une déclaration préalable ou un permis de construire.

Si vous ne respectez pas ces procédures, vous risquez de tout perdre sur un simple recours de tiers qui demandera la démolition de vorte construction. En cas de revente de votre maison, il vous sera également impossible de valoriser votre bien et votre investissement ne sera que pure perte.

Qui s’occupe des travaux et à quel prix ?

Côté travaux, il n’y a pas de « petite » véranda et de « grosse » extension. Chaque projet d’agrandissement implique une base de travaux identiques : une dalle pour les fondations, un percement du mur porteur, l’installation de réseaux. Mais ce sont des corps d’état différents pour chaque intervention et il faut pouvoir les coordonner et déterminer la responsabilité de chacun en cas de problème.

La meilleure solution pour le particulier est le « clé en main », avec un interlocuteur unique qui est seul responsable de l’ensemble du chantier. Côté prix, il faut pouvoir comparer les offres à services et garanties égales afin d’être sûr des prestations incluses ou non : dossier administratif et réglementaire, travaux de base et de finition, garantie décennale, maîtrise d’œuvre…

Nouveau ! Le statut de contractant général est encore plus protecteur qu’un maître d’œuvre car il s’engage contractuellement sur un prix ferme et des délais d’exécution ; une garantie maximale pour le client !